Il faudrait...

La pluie frappe aux carreaux, l'air froid s'infiltre derrière la tenture,
  un courant glacé passe entre le mur et moi..."Un ange passe" dit-on de ce silence ...
Un frisson s'empare de mon dos et je couvre mes épaules d'un carré de laine douce...
La pièce s'assombrit encore davantage... il faudait allumer la lampe...
Il faudrait faire un feu dans le noir de l'âtre... il faudrait bouger... 
Il faudrait....

Dehors, le vent  torture la tête de l'érable, arrache les feuilles qui l'habillent encore,
 et dénude ses bras dans des grondements d'enfer...
L'arbre gémit, supplie; grince et s'incline presque par-terre en signe de soumission,
 il reconnait son impuissante, préfère se courber, tremblant de toutes ses branches,
 il fuit le combat!
Encouragé par son pouvoir, le souffle , toujours plus violent, vient marteler le volet
 qui tape à se rompre, sur la façade de l'édifice...
 et la vitre n'en peut plus de pleurer ....
Il faudrait se lever... ouvrir la fenêtre  et remettre le battant derrière la "tête de bergère " 
Il faudrait...

Le bout de ciel aperçu, montre la course effrénée de gros nuages noirs,
  a
peurés par les éclairs de brûlante lumière qui trouent leurs ventres gonflés,
  ils courent se cacher....
Ont-ils un refuge où pouvoir décharger leur trop plein de chagrin, de larmes retenues,
  de doutes insidieux... à l'abri des regards ou de l'indifférence....?
Il faudrait une accalmie, un petit coin de ciel blanc, une éclaircie, ...
il faudrait la rencontre d'un rayon de soleil avec une étoile...
il faudrait....

Prostrée, la tête dans les mains, j'écoute tous les bruits... mais n'en entend aucun... 
Je regarde sans voir, les idées qui s'embrouillent, comme les feuilles, folles 
éperdues,

qui tamponnent, bousculent et tournent en rond sans trouver d'issue!

 Et toujours cette chanson sans musique, triste et lancinante, qui a pris ta voix !
E
lle bat la mesure sur le rythme du vent,... elle en a la colère,... l'écume de l'océan ...
Elle suit sans comprendre le fil de l'araignée qui renforce le piège... 

Il faudrait...

Il faudrait que je sorte, que j'attrape ta main avant que de te perde 
Il existe un pays où ton rêve est assis, le sourire en attente...
Il faudrait que t'entendes... qu'à nouveau tu espères...
Fais trois pas en arrière pour prendre de l'élan, pour un bond de géant...
Il faudrait...un ciel rose, des oiseaux de passage...une gorgée de miel...

j'ai allumé la lampe...D'autres horizons sortent de la pénombre...
  Il faudrait que je te dise....combien je suis fière de toi!!!
 Oui, il faudra ...

 

(Clic sur images)

(Clic sur images)

Retour à l'accueil