Il est cinq heures trente, ce mercredi matin... laissons dormir les autres... profitons vous et moi, de cette pleine lune qui s'attarde dans le lever du jour
Il est cinq heures trente, ce mercredi matin... laissons dormir les autres... profitons vous et moi, de cette pleine lune qui s'attarde dans le lever du jour

Il est cinq heures trente, ce mercredi matin... laissons dormir les autres... profitons vous et moi, de cette pleine lune qui s'attarde dans le lever du jour

Des brumes et fumerolles jouent avec la lumière qui blanchit peu à peu sur l'autre versant de la vallée
Des brumes et fumerolles jouent avec la lumière qui blanchit peu à peu sur l'autre versant de la vallée
Des brumes et fumerolles jouent avec la lumière qui blanchit peu à peu sur l'autre versant de la vallée

Des brumes et fumerolles jouent avec la lumière qui blanchit peu à peu sur l'autre versant de la vallée

Tout est encore plongé dans un silence troublé par des cris d'oiseaux, peut-être la chouette ou le hibou....Cette fois , nous logeons dans l'ancien fournil...je prépare le petit déjeuner dehors , face à ce monde que je devine...je respire à plein poumons... juste des odeurs de foin sec  et j'engloutis mon bol de Cicona(!) et mes tartines. Roseline ma compagne de voyage, dort encore sous le toit.
Tout est encore plongé dans un silence troublé par des cris d'oiseaux, peut-être la chouette ou le hibou....Cette fois , nous logeons dans l'ancien fournil...je prépare le petit déjeuner dehors , face à ce monde que je devine...je respire à plein poumons... juste des odeurs de foin sec  et j'engloutis mon bol de Cicona(!) et mes tartines. Roseline ma compagne de voyage, dort encore sous le toit.
Tout est encore plongé dans un silence troublé par des cris d'oiseaux, peut-être la chouette ou le hibou....Cette fois , nous logeons dans l'ancien fournil...je prépare le petit déjeuner dehors , face à ce monde que je devine...je respire à plein poumons... juste des odeurs de foin sec  et j'engloutis mon bol de Cicona(!) et mes tartines. Roseline ma compagne de voyage, dort encore sous le toit.

Tout est encore plongé dans un silence troublé par des cris d'oiseaux, peut-être la chouette ou le hibou....Cette fois , nous logeons dans l'ancien fournil...je prépare le petit déjeuner dehors , face à ce monde que je devine...je respire à plein poumons... juste des odeurs de foin sec et j'engloutis mon bol de Cicona(!) et mes tartines. Roseline ma compagne de voyage, dort encore sous le toit.

Le nez dans mon bol, j'assiste à l'embrassement progressif de la colline d'en face par un soleil qui promet d'être brûlant aujourd'hui
Le nez dans mon bol, j'assiste à l'embrassement progressif de la colline d'en face par un soleil qui promet d'être brûlant aujourd'hui
Le nez dans mon bol, j'assiste à l'embrassement progressif de la colline d'en face par un soleil qui promet d'être brûlant aujourd'hui

Le nez dans mon bol, j'assiste à l'embrassement progressif de la colline d'en face par un soleil qui promet d'être brûlant aujourd'hui

Venez ! Nous allons "faire le tour du propriètaire" , comme on dit chez nous... sans bruit, dans la rosée , je remonte vers l'entrée du domaine. De là-haut, les trois petites bâtisses semblent presque abandonnées aux herbes folles
Venez ! Nous allons "faire le tour du propriètaire" , comme on dit chez nous... sans bruit, dans la rosée , je remonte vers l'entrée du domaine. De là-haut, les trois petites bâtisses semblent presque abandonnées aux herbes folles
Venez ! Nous allons "faire le tour du propriètaire" , comme on dit chez nous... sans bruit, dans la rosée , je remonte vers l'entrée du domaine. De là-haut, les trois petites bâtisses semblent presque abandonnées aux herbes folles
Venez ! Nous allons "faire le tour du propriètaire" , comme on dit chez nous... sans bruit, dans la rosée , je remonte vers l'entrée du domaine. De là-haut, les trois petites bâtisses semblent presque abandonnées aux herbes folles
Venez ! Nous allons "faire le tour du propriètaire" , comme on dit chez nous... sans bruit, dans la rosée , je remonte vers l'entrée du domaine. De là-haut, les trois petites bâtisses semblent presque abandonnées aux herbes folles

Venez ! Nous allons "faire le tour du propriètaire" , comme on dit chez nous... sans bruit, dans la rosée , je remonte vers l'entrée du domaine. De là-haut, les trois petites bâtisses semblent presque abandonnées aux herbes folles

Sur la route qui mène au village, deux énormes châtaigniers m'arrêtent ...J'entame (comme toujours avec les vieux arbres) une petite causette ...leur dire qu'ils ont un point de vue qui m’intéresse.....Je me prends à rêver de ce magnifique bâtiment d'en bas, où je me verrai bien ouvrir gîte et table d'hôte
Sur la route qui mène au village, deux énormes châtaigniers m'arrêtent ...J'entame (comme toujours avec les vieux arbres) une petite causette ...leur dire qu'ils ont un point de vue qui m’intéresse.....Je me prends à rêver de ce magnifique bâtiment d'en bas, où je me verrai bien ouvrir gîte et table d'hôte
Sur la route qui mène au village, deux énormes châtaigniers m'arrêtent ...J'entame (comme toujours avec les vieux arbres) une petite causette ...leur dire qu'ils ont un point de vue qui m’intéresse.....Je me prends à rêver de ce magnifique bâtiment d'en bas, où je me verrai bien ouvrir gîte et table d'hôte
Sur la route qui mène au village, deux énormes châtaigniers m'arrêtent ...J'entame (comme toujours avec les vieux arbres) une petite causette ...leur dire qu'ils ont un point de vue qui m’intéresse.....Je me prends à rêver de ce magnifique bâtiment d'en bas, où je me verrai bien ouvrir gîte et table d'hôte

Sur la route qui mène au village, deux énormes châtaigniers m'arrêtent ...J'entame (comme toujours avec les vieux arbres) une petite causette ...leur dire qu'ils ont un point de vue qui m’intéresse.....Je me prends à rêver de ce magnifique bâtiment d'en bas, où je me verrai bien ouvrir gîte et table d'hôte

Mais revenons.... à nos moutons!!!! (que je viens de réveiller!!!)
Mais revenons.... à nos moutons!!!! (que je viens de réveiller!!!)
Mais revenons.... à nos moutons!!!! (que je viens de réveiller!!!)

Mais revenons.... à nos moutons!!!! (que je viens de réveiller!!!)

L'entrée du petit sentier qui descend à l'autre hameau s'orne d'une digitale fièrement dréssée dans les fougères
L'entrée du petit sentier qui descend à l'autre hameau s'orne d'une digitale fièrement dréssée dans les fougères
L'entrée du petit sentier qui descend à l'autre hameau s'orne d'une digitale fièrement dréssée dans les fougères
L'entrée du petit sentier qui descend à l'autre hameau s'orne d'une digitale fièrement dréssée dans les fougères

L'entrée du petit sentier qui descend à l'autre hameau s'orne d'une digitale fièrement dréssée dans les fougères

Ma "marmotte" de copine,  s'est enfin levée et se restaure avec plaisir
pour affronter la journée de balades qui nous attend ... 
et que vous ferez avec nous très bientôt

*************************

Même si nous n'avons piétiné que quelques hectares de terre, 
c'est là, un dépaysement total qui mérite qu'on s'y abandonne quelques jours...

************

A bientôt pour la suite du séjour

 

Si l'envie d'espaces et de silences vous venait...
M.Jo, notre hôtesse et amie, serait certainement très heureuse
de vous raconter...la vie d'ici. 

Alors ? un peu de pub....

 
 
Annoncewww.gites-de-france.com/gites
 
 
3 épis
Gîte n°19G5272
Référence : 19G5272 | à Saint-Geniez-ô-Merle - Corrèze
 
 
 
 
Marie José JURBERT
Labellisé Gîtes de France depuis 1983
Marie José JURBERT
Labellisé Gîtes de France depuis 1983
Retour à l'accueil