7 septembre...

7 septembre...

Combien d'automnes déjà sont arrivées sans toi ?

Combien d'étoiles nouvelles virevoltent sous tes ailes ?

 

Chantes -tu toujours aussi faux ?
Non, sans doute... puisque la pluie ne tombe plus dans mon désert...


Je ne vois plus beaucoup de papillons bleus...
 

Tu me reviens... par épisodes.
Sans invite, tu t'imposes pour un souvenir, un sourire ou un sanglot

Tu me racontes la lune, les poussières filantes, les rayons lumineux et les musiques célestes.

Tu écris nos jeunesses à l'encre sympathique ,
et tu ris à gorge déployée... jusqu'à me faire mal .

 

Tu m'attends, dis-tu... mais rien ne presse.

Tu as préparé ma valise avec rien dedans... que des sentiments ;
et tu as réservé mon billet... sans date précise ; pour toi, nulle importance,
le temps n'a plus de prise...

Tu vis l'éternité !!!

 

Et tu chantes, tu chantes, tu chantes........

Retour à l'accueil