Et une petite voix me dit...

Pourquoi le ciel noir gronde-t-il des notes sourdes et rauques qui font trembler de peur, les hommes et les chiens, 
alors que le ciel bleu promène des nuages de coton blanc d'où percent des filets d'or qui réchauffent les arômes des blés mûrs ?

Pourquoi le vent mauvais torture les branches des arbres qui se tordent, craquent, se plient jusque par- terre, se retrouvant nues, ensanglantées de sève coulante, implorant la grâce pour ne pas mourir ;
alors que la brise légère caresse les visages, envole les cheveux des femmes, soulève les jupons, et balance la fleur au bout de sa tige dans un mouvement gracieux de danseuse étoile?

Pourquoi la mer se fait furie, avale les bateaux, submerge les digues, envahit les villes dans des bruits de combats, d'où elle se retire après avoir noyé tout ce qui lui résiste...repue de son méfait, elle raconte aux sirènes comment elle a lavé les affronts qui lui sont faits;
Alors qu'elle peut être aussi, cette étendue bleue où flotte des reflets d'argents ou d'or suivant l'heure et le temps, cette eau calme, à l'écume de neige qui balaie le sable accueillant de la plage, où dorment les corps de quantité de gens heureux de l'instant;  cette mer qui berce les amoureux et tant de poètes qui viennent au couchant, voir le rouge soleil disparaître dedans?

                                                     Et la petite voix me dit : 
Les éléments sont images de notre chemin de vie 
Pareils aux mots dits ou écrits, ils meurtrissent les cœurs lorsqu'ils sont interprétés avec violence, haine ou désespoir ? alors qu'ils sont berceuse sur le lit de l'enfant, caresse dans celui de l'amant, soutien, tendresse, réconfort, lorsqu'il en est besoin...
Pourquoi les mots doivent-ils se taire pour éviter les conflits, pour entrer dans le cadre imposé de la pensée unique,  ils se doivent d'être lissés, sans reliefs, sans personnalités, sans différences, pour ne pas choquer l'autre, les autres....
Les mots doivent suivre Panurge jusqu'au bord du précipice de la susceptibilité; 
sinon, sinon... 
Celui qui les reçoit y trouve offense, terrifié à l'idée de connaitre un étranger!!!
Et sans autre forme de procès, il punit l'orateur de vérités.... sans mots dire.  

                                                       Et la petite voix me dit : 

Ta route te promène encore vers un monde au doux nom de Destinée ! 
Continue d'avancer en chantant tous les mots d'amour et d'amitié à ceux qui veulent les entendre.
Continue de donner à chacun un peu de toi. Comme le ciel, le vent et l'eau , rien n'est tout blanc ou tout noir, tout bon ou tout mauvais....
                                                parce que la vie , c'est ça!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  


 

Et une petite voix me dit...
Retour à l'accueil