Cerveau... ce continent inconnu ?

Cerveau... ce continent inconnu ?

Parcours antérieur ou intérieur .


Dans son monde intérieur s'incruste le parcours antérieur. Sa mémoire!
enfin là aussi, ce qu'il en reste!!!
D'abord il y a des images d'une enfant triste et malingre,
assise sur le seuil de la maison où elle passe des heures
à contempler la terre qu'elle griffe avec un petit bâton
pour dessiner des personnages bizarres
((Aujourd'hui, on parlerait d'autisme))
Peut-être mal-aimée, peut-être un peu abandonnée,
parce que trop pauvres, trop occupés, ses parents l'avait confiée
à d'autres bras...Oh! Des bras aimants, protecteurs, formateurs;
les solides bras de cette grand mère, qui forgea son caractère
comme le fer sur l'enclume .
Elle grandit ainsi quelques années........
Les images sont assez rares dans son souvenir.
Même si elle sait avoir été heureuse, des questions la taraudaient!
Pourquoi c'était elle, l'ainée, qu'on avait écarté ?
Était-elle une charge trop lourde, plus coûteuse que les autres enfants?
Elle pense aujourd'hui, avoir vécu cette séparation comme un rejet..
ce qui peut-être conditionna son caractère, pour le reste de ses jours.

Plus tard, une méchante maladie, trop grave pour une grand mère,
lui permit de reprendre sa place dans la famille.
Hum... ce ne fut pas facile pour une fillette d'une petite dizaine d'années,
de devoir obéir à une autre figure d'exemple et d'autorité!
Beaucoup de confrontations avec sa mère qu'il lui fallait connaître
et comprendre. Tellement différente de sa grand mère!!!
Les forces de l'une s'effaçaient devant la gaité de l'autre..
ici, on travaillait moins, on chantait plus, beaucoup plus !!!

Il lui fallu aider, s'occuper de ces frères, de sa sœur....
Sa mère avait un énorme ventre.
Et puis, une nuit elle entendit des cris, des pleurs;
C'était surprenant d'entendre la voix d'un docteur qu'elle aimé bien;
D'habitude il venait pour elle....
On la laissa derrière la porte fermée. On ne voulait pas d'elle...
......ENCORE !!!
Mais au matin, on lui expliqua ''parce qu'elle était grande''
que cette nuit, une petite sœur était sortie de ce gros ventre,
mais pour s'en aller aussitôt dans les étoiles.
Même si elle ne comprenait pas tout, elle était fière d'être digne
de confiance; c'était à elle, à elle seule, qu'on disait la vérité!
C'était un secret à ne pas partager avec les autres enfants.
Et enfin , elle se sentie parfaitement intégrer à cette famille:

SA FAMILLE !
                                              ******
Parfois un parcours en cache un autre

(c'est comme les trains aux passages à niveaux)
Du tréfond du noir, surgit une autre histoire en superposition.
Alors s'impose à elle, une dramatique absence de son père.

                                         
Elle s'en souvient tellement que des larmes s'échappent
de ses yeux mi clos.
L'homme travaillait beaucoup et souvent loin;
on le disait ''en déplacement''
Ce qu'elle savait c'est qu'il était presque un étranger pour ses 4 enfants.
De plus, lorsqu'il était là, il ne fallait pas faire de bruit
pour le laisser dormir afin qu'il se repose, et si quelques cris et rires
leur échappaient, l'homme se faisait menaçant et promettait
des représailles. Oui, Ils le craignaient, tous en avait carrément peur!

Un jour , quelque chose changea...
Un mauvais concours de circonstances affligeantes,
avaient fait croire à sa mère, que le père les avait abandonné!
Parti en déplacement comme souvent pour son travail,
voilà plus d'une semaine qu'il n'était pas revenu au bercail !
Trop inquiète, la mère lança un appel du téléphone de la ferme voisine
au siège de l'entreprise , qui se trompa d'information...
Pour l'interlocuteur, le père aurait du rentrer depuis longtemps
et n'était plus sur le chantier cité.

(( faut vous dire que ce qui semble incroyable aujourd'hui à l'époque
d'Internet et des téléphones portables, était alors, très courant; tous les foyers
n'étaient pas encore équipés de moyens de communication...))

Après l'affolement, le soutien des voisins très investis,
 préconisait de signaler en mairie ''l'abandon de famille''

pour aider la pauvre mère de 4 jeunes enfants.
C'est seulement au bout de 15 jours, qu'on vit arriver un homme
à la barbe hirsute, vêtu d' une ''canadienne'':

(veste fourrée en peau Camel, empruntée à un collègue.)
Il venait de faire plus de 150 kms par un froid terrible, sur une mobylette
(empruntée aussi,) qui ne dépassait pas les 40 kms/Heure 
pour rejoindre son foyer.
Comme l'esprit est bizarre!!!
 A cet instant, la netteté de l'image est incroyable!
Elle perçoit tout aussi nettement, sur ce visage décontenancé,
la surprise, aussi désagréable que cruelle,
devant ce terrible comité d'accueil !
Il pensait assurément faire plaisir à son petit monde,
pour avoir tout risquer pour les rejoindre?!
Il essayait d'expliquer qu'on aurait du avertir sa femme
de la prolongation de son chantier,
et qu'en plus sa moto était tombée en panne
.(d'où cette mobylette);
il ne pouvait imaginer ce qui venait de se passait ici...ce que sa famille
avait enduré et lui faisait méchamment payer!!!
Pauvre homme en pleurs devant la colère de sa femme
et pire encore, le mépris de ses enfants.

((Les enfants sont des éponges...mêlés, concernés par la situation
ils s'étaient imbibés de colère))

Heureusement, même si l'image se brouille pour la suite,
elle sait que la famille s'est remise de ce drame
en s'aimant mieux et davantage.
Le Père, ''ce presque étranger'' d'un coup était devenu: PAPA.
Il finit par changer de travail pour être plus proche des siens.
Un choix qui ne fut pas sans conséquences désastreuses,
 mais qu'importe!
Ils étaient réunis et heureux dans des galères sans fin...
La misère les accueillait à bras ouverts!!!

 

Des mots... une lecture sans fil rouge (2)

??? Est-ce cette mobylette???
Soudain elle comprend que c'est peut-être de cet épisode que provient
la fameuse mobylette qui s'est invitée dans un nombre incalculable
de ses rêves toute sa vie, autant d'ado que d'adulte...
Chaque fois qu'un rêve la met en mauvaise posture,
la providentielle mobylette vient lui permettre de s'en sortir,
de se sauver et de sauver aussi ceux qui habitent le rêve.
Elle n'avait jamais fait le rapprochement avec cette vieille histoire!
Sans faire de la psychologie de comptoir,
elle imagine qu'elle vient peut-être de résoudre une énigme ?!
Faut qu'elle arrive dans la vieillesse qui perd ses neurones,
pour comprendre que son esprit,'' son parcours intérieur'', LUI,
a comprit depuis longtemps, combien un enfant peut-être marqué 
pour toujours, par ces moments douloureux, pourtant leçons de vie
 où l'espoir règne toujours.
                                                            *********

Pouvait-elle ainsi faire revivre le passé ou commander l'imaginaire ?
NON! il y a longtemps qu'elle n'impose plus rien à son cerveau...
ses propres volontés n'existent plus; c'est lui seul, le maître du jeu!

Alors trop sollicité, le film s'emballe et casse.
Plus d'analyses, aucune......instant de trou noir!!!
Elle tourne violemment le bouton : STOP !

                                                                        La suite mardi prochain

                                                                               

Retour à l'accueil