C'est lorsque je tire le battant de la baie coulissante pour faire sortir le chat,
que ma rencontre avec l'air frais, presque froid, m'arrache un frisson,
un tremblement, un réflexe de recul.
Tous les signes s'écrivent comme les jours sur le calendrier...
Nous sommes en septembre!!!

La nuit s'allonge d'heures noires et un épais brouillard me cache le ciel.
Le chant de la chouette rivalise avec celui des coqs.
Un clocher d'église lointaine fait l'appel des croyants.

Il sera bientôt 7 heures...

Enfin le soleil se lève; il habille les ombres de couleur, éclaire les feuillages
de feu et d'or, tandis que des filaments de brume s'étalent sur le pré.


La vie s'anime.
J'entends l'arrêt du bus scolaire devant le portail des voisins.
Les étourneaux arrivent en vague sur le figuier de la rue.
Le parfum des vignes se fait plus présent...
Bientôt, on entendra les ciseaux couper les grappes gorgées de sucre.

 D'autres paniers s'emplissent de tous les fruits tombés et des mûres des chemins.
Tous rempliront les pots de confitures où se baigneront des doigts collants,
avant d'être séchés par des bouches barbouillées de gourmandise.

Partout, ces signes nous parlent de la fin de l'été:
Des petites laines sortent des armoires, presque chaque matin,
pour entourer nos épaules comme des bras amis.

Les soirées, encore permises sur la terrasse, invitent les odeurs de tisanes,
à tourbillonner au dessus de tasses brûlantes, tenues à deux mains,
pendant que notre esprit flotte et s'égare encore vers les verres d'hier,
embués de cubes de glace et d'eau citronnée.

C'est la marche du temps que nous empruntons de mois en mois,
comme à chaque tournant, avec plus ou moins d'allant.

 Aujourd'hui commence une autre saison, devançant le calendrier,
 je suis heureuse de la vivre encore, ici.......et avec vous !

 

Retour à l'accueil