Suis-je encore une Maman ???

Aujourd'hui j'ai l'impression de n'être plus rien... plus personne...

Jamais le départ de ma fille ne m'a précipité aussi loin dans le vide...

Impression de dernière fois... de non retour... d'absence éternelle... de fin!!!

On a tari mon sein, on a vidé mon ventre, coupé mes mains... et mon coeur ne cesse de saigner.

Arraché de mon corps, ma chair, tendre encore, doit aller se nourrir à d'autres idéaux,

S'envoler dans la vie, sans filets, sans frontières, à grandes enjambées, faire le tour de la terre.

Se blottir dans des mots qui me sont étrangers, plus doux, plus prometteurs d'avenir plus léger.

Suis-je encore une Maman ???

Toi , ma précieuse graine, je t'ai semé, nourri, arrosé, tant de soin pour te voir belle,

Te savoir prête à partir, forte et fière, certes,... mais pas si loin, pas si longtemps...

 Mais qui pourrait être plus familiers que mes pauvres bras, désormais inutiles,

devenus loques informes... ballantes... molles... se débattant comme des éoliennes

dans une tempête, ou ces moulins qui n'ont plus grains à moudre

Comment  ne pas se noyer dans l'absurde?!

Suis-je encore une Maman ???

Je connais des berceuses pour tes heures câlines; elle ne servent plus à rien...

Je chante tes louanges aux herbes du jardin; folles, elles aussi, comprennent mon chagrin...

Les merles m'apostrophent, fatigués des rengaines; ils préfèraient ta voix...

Et le chat, l'âme en peine, cherche une boulette que tu ne lanceras pas!!!

Et que dire de la table ...?  les convives autour, silencieux et plats, ressemblent à des poissons morts,

avec leurs yeux vitreux; sans goût, sans sel, sans appétit...

Et les quelques mots qu'ils bafouillent, sont aussi insipides que ce qui leur reste de vie!!!

Suis-je encore une Maman ???

A tes moments perdus, tu combles mon attente; tu sais que je t'espère au devant de la toile;

Tu viens me raconter tes journées pétillantes, ton métier, tes emplettes et ton bonheur d'aimer ;

Tes petites colères, tes révoltes , tes envies, tes projets et tes plaisirs sucrés...

Tu t'inquiètes pour moi, de mon humeur, de ma santé...

Tu me souhaites des joies, des sorties, des amies, et du bon temps... mais sans toi !!!

Tu me dis que tu m'aimes, mais tu veux que je t'oublie... que je vives pour moi...! 

Et pendant que tu parles, une question s'impose...  Suis-je encore  TA MAMAN ??? 

 

 

Retour à l'accueil