Comme deux ou trois fois par an,
je me prends pour un auteur de nouvelles !🤭
Des nouvelles, à lire par épisodes,
pour les visiteurs  qui viennent et s'arrêtent un moment.....
Le confinement actuel, on ne sait encore pas jusqu'à quand,
nous donne du temps à remplir d'activités sédentaires,
alors écrire et lire sont des bons moyens de s'évader. 

Bien-sur, comme d'habitude,
toute ressemblance avec ''des vrais gens'' serait purement fortuite!

Passion ouvre grand la porte de son bureau, pour laisser s'évader des pensées.

Passion ouvre grand la porte de son bureau, pour laisser s'évader des pensées.

PREFACE:

L'histoire d'aujourd'hui est celle d'une vieille femme, qui vous ouvre
ses pensées, comme on ouvre un jardin aux visiteurs.
Tantôt vers ses vies antérieures/
qui résistent encore à sa mémoire défaillante .
Tantôt dans son monde intérieur /
un monde qu'elle invente et imagine pour ne pas sombrer,
pour se sentir encore vivante!

                                                                       *******

""Mais que fais-tu là, petite pensée, seule au milieu de ce béton inerte""

""Mais que fais-tu là, petite pensée, seule au milieu de ce béton inerte""

Parcours intérieur

Dans un ciel bleu lumineux, le soleil d'avril darde déjà.
Fait devenu rare depuis l'arrivée d'un méchant virus sur la planète,
le sillage blanc d'un avion s'imprime très haut, sans le moindre son.
Elle esquisse un sourire en imaginant sa destination …
et va même jusqu'à lui faire un imperceptible signe de la main,
comme pour lui dire Bonjour ou Au Revoir .


Les seuls bruits de l'endroit, sont les multiples chants d'oiseaux.
Zut! Le coucou chante et ses poches sont vides!
Autrefois, sa grand mère lui recommandait de toujours mettre
une pièce dans sa poche, dès le début mars...
Au premier cri du coucou entendu, toucher la pièce était l'assurance
d'une année sans soucis d'argent....!
Hum! Tellement femme de tête, sa grand mère!
comment pouvait-elle croire à de telles sornettes?


Depuis presque une demie heure, elle regarde fascinée,
silencieuse et immobile, dans son relax, une Pupu,( la huppe fasciée)
posée sur le câble électrique qui apparaît comme un fil de funambule
entre le pommier du Japon et le grand épicéa .
L'oiseau méfiant relève violemment sa huppe comme si il était fâché,
interloqué par cette présence humaine, voyeuse de surcroit,
mais impudique, il continue à se toiletter.
De temps en temps, une autre Pupu vient le nourrir;
de son poste d'observation, elle suppute la raison de la scène:
-< ce doit être un jeune, présume-t-elle.
-<Toutes les mamans nourrissent leurs petits>-dit-elle à haute voix...
ce qui fit instantanément fuir l'oiseau!
Oui, il en faut peu pour faire fuir les jeunes, pensa-t-elle,
ce qui la plongea malgré elle dans la mélancolie.

Sa tête commence à chauffer autant du fait du soleil
que de ses pensées, tout azimuts .
Dans ses mains, elle serre une tasse à thé...son breuvage préféré.
Elle promène ses yeux d'une fleur à l'autre:
c'est qu'il y en a beaucoup en cette saison;
toutes veulent connaître le printemps, au plus vite:
parce-que pour elles aussi, leur temps est compté!

Une minuscule pensée sortie d' une faille du béton de la terrasse,
l'émeut aux larmes...< Mais que fais-tu là, toute petite?
Est-il possible d'être aussi jolie et si seule au milieu de ce sol inerte ?

Relevant la tête, son regard rencontra alors son reflet dans la vitre
de la véranda, qui lui fait face; d'abord, elle ne se reconnait pas!
Ça lui fait toujours cet effet là, quand son reflet la surprend;
Puis hélas, se rend à l'évidence: c'est bien elle, enfin, ce qu'elle est devenue!
Depuis si longtemps, elle évite les miroirs!

<AH! Tu vois petite pensée, je pourrais me dire la même phrase …
enfin, juste la fin de la phrase! Pourquoi suis-je aussi seule parfois,
dans cet espace temps qui me fait vieillir trop vite?
Quel avenir se dessine pour moi? d'ailleurs me reste-t-il un avenir?


Et ses divagations continuent; pour faire diversion à la tristesse qui menace,
elle se laisse interpeler par tout ce qui l'entoure.

Le petit lézard qui gravit le mur à coté de l'arche
où rougeoie le rosier Paul Scarlett; bientôt il sera couvert
de petites roses rouges sans parfum, mais très décoratif.
Le bourdon aux pattes poudrées de pollen jaune,
tellement chargé qu'il ne vole plus droit; il paraît ivre.
Les abeilles ne sont pas encore très nombreuses sur le romarin.
il fait un peu trop frais, les fleurettes bleues sont encore rares.
La mésange vient rouspéter; les filets à boules de graines sont vides.
Va falloir qu'elle se débrouille toute seule maintenant...l'hiver est parti;
il ne faut pas trop les assister pour qu'elles gardent leur autonomie...
Ha ha ha !!! cette réflexion la fait rire! Garder son autonomie?
Et c'est elle qui dit ça …....?!

Aussitôt son œil passe à autre chose.
C'est à une vitesse dingue que ''l'oiseau qui fait le printemps''
traverse son champ de vision, à tire d'aile!
Voilà un mot bien choisi pour le vol de l'hirondelle...
Tire d'aile? ça lui plait, cette expression! la détourner serait tentant pour son cas...
soit: étirer ses ailes, soit se tirer, Elle!!!

Ah non! Pas partir dans les délires!
Où pourrait-elle aller d'ailleurs, sur ses pauvres jambes usées?

Elle se secoue et part prudemment se refaire un autre thé.
Le téléphone sonne... dans le vide! Elle l'ignore royalement! Non, mais!!!
Qui ose troubler ses rêveries un dimanche après midi de printemps?
Elle n'attend personne...
Aujourd'hui, c'est son jour ''Contemplation and Mémory''

Cette nuit, la France a changé d'heure! Ça l'arrange plutôt...
Ce soir, il fera nuit plus tard; ce matin, elle a pu quitter son foutu lit plus tôt,
puisqu'il était plus tard.((On dirait du ''Raymond. Devos'' humoriste disparu,
 roi des paradoxes cocasses, de l'absurde, et de la dérision))
B​​​​eaucoup pleurent leur heure volée au sommeil, mais pour elle,
les nuits sont toujours trop longues...
Alors son cerveau les occupe de rêves venus de l'intérieur!
Cette nuit, un rêve l'a ramené au moins vingt ans en arrière,
puisque sa mère était là! Les rêves ne sont pas des souvenirs,
ce sont des constructions d'un esprit qui divague et s'invente des films. . .
C'est ce qu'elle croit!

Oui, sa mère était dans son rêve. . .
C'était les vacances; et tous les tracas d'organisation...
il fallait loger toute la famille,(assez grande à cette époque)
et il y avait aussi le problème des chiens!!! Quels chiens???
D'où sortaient-ils, ceux là... Elle n'avait jamais eu plus d'un chien à la fois....
et puis il y avait le grand pin qui semblait avoir une importance capitale (?)
pas une forêt, non... juste un grand pin! Que faisait-il au centre de cette histoire?
elle ne connait ni la suite, ni la fin ! Mystère! Les rêves sont bizarres!
Ils vont chercher dans notre subconscient et font des mélanges improbables …
qu'on ne comprend pas toujours, même jamais si le réveil les interrompe !
Dépassent-ils cette vie là , viennent-ils d'un ailleurs?

Vont-ils chercher des instants de vies antérieures OU intérieures?
Voilà bien une question aussi perturbante qu' inutile!


Parce que des questions inutiles, c'est ce qu'elle se pose le plus souvent,
comme pour obliger ses neurones à rester actives.
Certains font des mots croisés, elle, elle se triture les méninges!
Elle a peur... peur de ne plus se souvenir...

Elle n'a déjà plus de nom!
Il y a bien longtemps qu'elle n'a pas entendu son prénom...
Quel était-il déjà??? quand on la désigne, la mentionne, la cite.....on parle d' ELLE.
Oh! Elle ne s'en plaint pas ; c'est joli: Elle comme ''Aile''?
C'est pour s'envoler au-dessus des mots...au-dessus des gens qui parlent d'elle
comme on parle d'un meuble ou d'un livre!
Sa famille, ses amis,(enfin, ceux qui restent) la croient devenue muette...
Ses longues conversations ont pour auditoire les animaux, les fleurs, les arbres,
le ciel, la terre, l'eau, le feu...tant et tant l'écoutent!
Mais ses proches, eux, ne l'entendent plus …
parce qu'elle ne les intéresse plus, parce qu'elle est un fardeau...
Alors, lui reviennent dont ne sait où, des phrases de chansons …
comme celle de J. Brel intitulée :'' les vieux" : Absolument superbe .

''du lit à la fenêtre puis du lit au fauteuil puis du lit... au lit !''

En fait, elle n'est jamais vraiment, ni seule, ni silencieuse...
Et oui, Elle ne parle plus aux humains!!!

Fermé le livre!
Elle a coupé les transmissions.

                                                               
       Pas facile... A suivre???🤔

                                                              Prochain épisode dimanche

Retour à l'accueil